1er MAI 2021 : Pourquoi diviser nos luttes ?

La situation sociale est catastrophique pour
l’ensemble de la classe des exploité-es (travailleurs
avec emploi et travailleurs sans emploi que l’on
appelle chômeurs).

L’état d’urgence sanitaire inscrit dans la constitution a
permis au capitalisme d’en finir avec le code du travail
et le peu de droits qui restaient. Maintenant il
s’attaque, avec la nouvelle réforme du chômage, aux
indemnités des sans-emplois. Cette réforme va
amputer l’indemnité versée au travailleur privé
d’emploi de 17%environ suivant les cas de figure.
Aujourd’hui, les travailleurs sont divisés. Les résultats
des élections dans les TPE du mois d’avril 2021 en
attestent avec une liste d’organisations syndicales
longue comme un bras de basketteur de la NBA, et
une participation au ras des pâquerettes. Notre
organisation a toujours proclamé que les élections
professionnelles divisent les travailleurs, ce n’est plus
à démontrer !!!
Nous revendiquons un syndicalisme par site de
production et non un syndicalisme catégoriel. Les
dirigeants économiques l’ont bien compris. Ils
multiplient les filiales et prestataires extérieurs sur un
même site pour empêcher un syndicalisme de masse.
L ?État fait de même dans les hôpitaux, les agences et
autres directions départementales regroupant des
statuts différents privés ou publics. Or les syndicats
institutionnels continuent à travailler par statut
évitant à tout prix les revendications communes. Seule
existe encore la solidarité de fait entre les travailleurs
à la base sur un même lieu d’activité.

Aujourd’hui, l’ensemble du personnel soignant se bat
pour des meilleures conditions de travail, pour de
meilleurs salaires. Les caissières, les auxiliaires de vie,
les soignants-es les travailleurs de la métallurgie, ceux
du bâtiment, tous les salariés en général ne se
battent-ils pas aussi pour des meilleures conditions
de travail et des meilleurs salaires ?

Les travailleurs sans emploi luttent aussi pour de
meilleures conditions de vie et des meilleures
indemnisations.
Pourquoi diviser les luttes ? Si ce n’est que pour
mieux contrôler le mécontentement social. On peut
poser la question. Mais pourquoi et pour qui mieux
contrôler le mécontentement ?

Travailleurs syndiqués, renversons la table, prenons
nos revendications en main, organisons-nous dans
nos syndicats sans leader ni chef.
Travailleurs sans emploi, ne restons pas isolés,
rejoignons nos camarades de classe.

Après la dissolution de la première internationale (AIT)
à la suite du massacre de la Commune de Paris, c’est
dans les congrès ouvriers que l’idée d’une
revendication commune pour des meilleures
conditions de vie émergea.

Aujourd’hui c’est un jour de commémoration de ce
1er Mai 1886 qui devint très vite, après l’exécution de
ceux que l’on appelle les "martyrs de Chicago", une journée
internationale de revendications pour les huit heures
de travail, huit heures de loisirs et huit heures de
repos.
Mais aussi cette année, c’est le 150èmeanniversaire de
la commune de Paris et aussi de celle de Lyon,
Marseille, de Bordeaux et d’ailleurs.
Nos anciens camarades avaient bien trouvé un
dénominateur commun pour cette "convergence de
lutte" dans un rêve commun, celui d’une société
différente sans exploitation ni classes sociales, sans
chef ni tribun, de chacun selon ses moyens à chacun
selon ses besoins.

Le capitalisme et son bras droit -les gouvernements
successifs- ne font pas de différence dans
l’exploitation, un peu moins de pression pour certains
et un peu plus pour d’autres mais le poids de la
hiérarchie et des inégalités pèsent sur l’ensemble
des exploités. Le capitalisme est uni, la classe ouvrière
est divisée, là est la différence. Tirons des leçons du
passé, soyons à la hauteur des enjeux.

L’émancipation des travailleuses et des travailleurs sera l’œuvre d’elles-même et d’eux-mêmes, en lutte contre le capitalisme !!!