Des élections européennes à .... une nouvelle société

Article personnel d’un militant du syndicat ne représentant pas la totalité de ses adhérents

Les résultats des élections européennes sont enfin tombés ! Je ne suis pas un politologue mais pourquoi ne pas tenter de les analyser malgré le caractère aléatoire de l’exercice. Premier constat : seuls 3,28% (564 717 voix pour le PCF et 176 436 voix pour LO) des électeurs sont anti-capitalistes, et c’est une bonne nouvelle !!!! Pourquoi ce chiffre ? C’est le résultat du Parti Communiste Français et de Lutte Ouvrière.
Le Parti Communiste Français est la seule organisation qui malgré son ancienne expérience gouvernementale a encore des velléités de destruction du capitalisme (LO est révolutionnaire, mais son histoire est différente). Néanmoins, je vous rassure je n’ai jamais voté pour ce parti de ma vie ; je considère qu’il a détruit chez les prolétaires le désir de communisme. Je suis communiste et c’est mon idéal de société. Leur collaboration antérieure avec le Stalinisme dont l’un des objectifs était la suppression d’un communisme anti-autoritaire aurait dû les disqualifier auprès des travailleurs.
Certains peuvent m’opposer que pour l’extrême-gauche, se présenter aux élections c’est un moyen de faire de la propagande. Je reconnais que lors de la dernière élection présidentielle, le camarade bordelais du NPA a eu des réparties excellentes lors des débats télévisés... Malheureusement, je persiste à penser que cette forme de propagande maintient les travailleurs dans l’état de spectateurs et non comme acteurs d’une transformation radicale...

Ensuite, viennent les 60,2% ( 13 340 379 de voix exprimés) des électeurs français qui sont des gros cons réactionnaires voulant conserver le capitalisme soit en le maintenant tel qu’il est (LREM - Macron, LR et UDI) soit en dénonçant les plus démunis (Le pen+ Dupont+ Asselinau). Cette deuxième engeance est vraiment dégueulasse, elle prétend que le problème n’est pas le système économique, mais les plus pauvres qui voudraient en profiter. Elle dénonce les immigrés, les fraudeurs du système social sans jamais souligner que les plus gros voleurs sont les patrons qui mettent en péril le système de protection sociale. Jamais je n’ai entendu la droite alternative causer du nombre de morts ou de blessés par le travail. Par contre, je les ai entendues faire des gorges chaudes pour 35 pauvres types qui au péril de leur vie ont traversé la Méditerranée sur un matelas pneumatique pour fuir la misère, sans dénoncer que 80 personnes se partagent aujourd’hui la même richesse que 3,5 milliards d’individus, et que 80% de la population mondiale se partage 5,5% de la richesse selon OXFAM en 2015. Ces chefs de parti sont des salopards qui au lieu de montrer le problème, se contentent de décrier les conséquences d’un système en manipulant les faits pour diviser les prolétaires.

29,18%( 6 624 432 des voix exprimées) des électeurs sont des …. Avec trois listes socialistes, le PS éclaté parvient à faire 15,76%. Le PS "pété" et les écologistes sont des capitalistes voulant la pérennité du capitalisme en lui permettant d’atténuer ses défauts comme par exemple la concentration des richesses… Ces organisations ne sont que des faire-valoir du système. Puis comme disait mon grand-père : "dès que les socialistes arrivent au pouvoir, ils trahissent !" . On peut se rappeler que Jacques Delors père de Martine Aubry, ministre de l’économie socialiste en 1984 a abrogé la loi bancaire du 2 décembre 1945, qui distinguait les banques d’investissement des banques de détail ou de dépôt, ouvrant la voie aux banques généralisées. Les socialistes français étaient en avance sur les américains car Clinton ne le fera qu’en 1999. Cette pratique est l’une des causes de la crise de 2008. La dette générée à l’époque nous continuons à la payer aux plus riches..Avec moins d’actualité, on peut se rappeler que cette réforme engendrera le scandale de la Société Générale du début des années 90 et celui du Crédit Lyonnais.
Puis n’oublions pas leur loi travail de 2016...

Il est à noter que 1 077 028 personnes ont voté nul ou blanc soit 4,54% des électeurs. Par conséquent, sur 47 344 735 inscrits, 22 654 224 se sont réellement exprimés soit 47,85% des inscrits.
« Voter c’est abdiquer » comme l’a écrit Élisée Reclus, « si Voter pouvait changer les choses, cela serait interdit « comme l’a crié Emma Goldman. Les élections aujourd’hui n’intéressent que les conservateurs.
Les changements sociaux radicaux viendront d’en bas. A la CNT, nous avons choisi la voie de l’anarchosyndicalisme, celle où nous devons discuter avec les collègues pour s’organiser avec eux, sans intermédiaire, sans chef. Nous refusons de participer aux élections professionnelles puisque obligatoirement, nous devrions désigner un chef de notre syndicat ou au sein de chaque section syndicale. Nous préférons résoudre les problèmes collectivement pour apprendre à gérer la boîte quand nous aurons à virer le patron. Jamais un patron n’est parti après une élection, par contre, après une réappropriation des moyens de production par les travailleurs : oui.
L’humanité crée actuellement plus de richesses qu’elle en a besoin, seule une gestion par les travailleurs permettra une meilleure rationalité et de ne plus enrichir les capitalistes, seuls vrais parasites de notre monde. Notre gestion sera plus rationnelle et plus équitable que celle donnée en exemple aujourd’hui à nos enfants. Le système actuel est amoral puisque basé sur l’escroquerie permanente des uns et des autres. L’argent est créé sans lien avec une valeur réelle.

Évidemment, il est important de distinguer les notions d’élection et de vote, mais cela fera l’objet d’un autre article..

Le partage des richesses ne se fera pas par le vote.

Malaventura