Allons z’enfants

Article paru dans le Temps Des Radis n°125, le périodique de l’Union Régionale Aquitaine de la CNT-AIT.


Depuis le lifting des quais de Bordeaux, la mairie proposait pour la quatrième fois cet été le Quai Des Sports, soit un mois d’activités sportives et "ludiques" proposées gratuitement aux enfants (et parents qui n’ont pas trop peur du ridicule).
Super initiative pour ceux qui ne peuvent partir ou envoyer leurs enfants en vacances, même si les tentes et structures sont recouvertes d’encarts publicitaires. Il faut savoir parfois fermer les yeux et ranger pour quelques heures son militantisme nerveux au fond de sa poche trouée... Toutefois lors du premier jour, alors que ma fille s’initiait à l’escalade, ma grande question fut : "mais qu’est-ce que c’est que ce gros tas de bottes de paille recouvert d’une bâche camouflage ?"
J’ai eu la réponse dès le lendemain. En effet, je remarquai que devant le tas de bottes de paille avait été montée une tente gonflable frappée du logo de l’armée de terre. Car oui, cette année parmi les partenaires, perdue au milieu de la CCI, d’Orange, de la CAF, de Suez, de ERDF, de la Lyonnaise Des Eaux et j’en passe, se trouvait bien l’Armée de Terre. Et alors que je me demandai ce qu’elle pouvait bien proposer comme activité pour les minots, la réponse a fusé des haut-parleurs : "Nous vous rappelons qu’à partir d’aujourd’hui l’Armée de Terre propose sur son stand une initiation au tir sur cible, avec des répliques de 9mm et de fusils automatiques."
Pince-moi je rêve ! Je suis resté coi et con, n’arrivant pas à croire ce que je venais d’entendre. Alors, luttant contre ce réflexe naturel qui me fait généralement me tenir à bonne distance de tout ce qui porte un uniforme, je me suis approché du-dit stand. Et là ouais, effectivement, des gamins étaient équipés de lunettes de protection et armés de répliques de pistolets automatiques et de fusils pour tirer sur des cibles en formes de... silhouettes humaines ! Pince-moi que j’te dis ! Je rêve encore ?... Malheureusement, non.
Un peu assomé par le truc, ce n’est qu’une fois rentré à la maison que je me suis fendu d’un mail au service jeunesse et sports de la mairie, assorti d’un commentaire sur le blog du Quai des Sports qui avait publié une interview de l’Armée de Terre. Beaucoup de copines et copains mis au courant ont eux aussi réagi sur le blog, prêts à organiser un truc de protestation devant le stand en question. De la mairie, je n’ai jamais reçu aucune réponse malgré un petit mail de rappel, mais on a eu droit à ceci sur le blog en question :
Le stand de l’armée de Terre au Quai des sports proposait une animation ludique, tout en donnant une occasion au public de s’informer sur les missions menées par l’armée de Terre. Sur place l’accueil réservé à cette intiative a été positif au regard du nombre des participants. Une animation similaire à l’attention du grand public était d’ailleurs présente tout récemment à la Foire internationale de Bordeaux.
Compte tenu de l’actualité, la décision a été prise de de ne pas maintenir la présence de l’atelier de jeux sportifs de l’armée dans l’opération festive du Quai des sports.

Pas eu le temps de demander de quelle actualité on devait tenir compte – même si je subodore qu’il s’agissait des cinq soldats français tués en Afghanistan* -, que les commentaires étaient définitivement fermés après censure, le modérateur en ayant jugé certains "outranciers".
Le lendemain, j’étais de retour sur le site du Quai des Sports, autant pour accompagner ma fille qu’en repérage pour voir quel type d’action on pourrait faire, mais le stand de tir s’était comme par magie changé en mini-golf improvisé. Et alors que j’observai ma fille jouer, appuyé sur la barrière, j’ai pu entendre un ado informer ses potes : "P’tain, c’est pasqu’y a des gens qui se sont plaint... des parents genre donner des armes à des enfants c’est une honte gnagnagna chais pas quoi là... sa mère, les gros bâtards."

Et le gros bâtard a eu un sourire.

*eh oui les enfants, les soldats ça tue, et ça meurt aussi, parfois.